loading

Irrigation using buried diffuser

Lieu: tunisia, Africa
Sustainable management of natural resources Sustainable management of natural resources
Budget total: € 60.000,00 | P�riode: De octobre 2011 à juin 2014

Résumé

Les  divers projets avec ACT, GIZ et  ASPAEB ont permis de :
 Mettre en place 20 parcelles pilotes irriguées par diffuseurs enterrés totalisant  800 arbres. Il s'agit de parcelles démonstratiives en vrai grandeur pour  sensibiliser les agriculteurs ainsi que les décideurs politiques (en Tunisie et à l’Etranger) du rôle de diffuseur en tant que « Bonne Pratique de Développement Durable   pour  la Sécurité Alimentaire ».
 Montrer que c’est grâce à cette expérience en Tunisie qu’on a pu convaincre des partenaires aux USA et en Arabie Saoudite, pour  entreprendre,  dans une première phase, des projets de recherche/développement. Cette phase sera suivie par la vulgarisation du diffuseur dans ces 2 pays.  Ces 2 projets débuteront en 2015.  

Partenaires

CHAHBANI TECHNOLOGIES SA - Tunisie

Candidat guide

Arid Regions Institute Medenine - Tunisie

Partenaire de l'initiative

Association for the Protection of the Archaeological and the Ethnographic Heritage of Boughrara - Tunisie

Partenaire de l'initiative

Diverses activités culturelles et développement

German International Cooperation Agency Tunisia - Tunisie

Partenaire de l'initiative

Diverses activités de coopération avec le gouvernement Tunisien

Association for Cooperation in Tunisia - Tunisie

Partenaire de l'initiative

Développement agricole, environnement et préservations des ressources naturelles, santé

More crop with less drop.

Le  diffuseur enterré  est une innovation technique  dans le domaine de l’irrigation; elle utilise la diffusion de l’eau par une grande surface macro poreuse facilitant l’infiltration de l’eau dans le sous sol. Cette innovation dérive d’une technique très ancienne utilisant : l’irrigation par jarre (poterie)  et une autre plus récente(1990) « la poche en pierres enterrées ».  Grace à cette nouvelle façon d’irriguer, on élimine toute  perte de l’eau d’irrigation par évaporation  par le soleil et la chaleur de l’atmosphère. Cette perte par évaporation représente  30 à 80% de l’eau d’irrigation.  Ceci  permet d’utiliser moins d’eau (60% moins que le goutte à goutte) et d’éviter l’accumulation des sels dans le sol (salinisation des sols). On élimine aussi le développement des mauvaises herbes et on diminue le nombre d’irrigation. Pour l’arboriculture on est arrivé à irriguer 1 seule fois par ans. 

Le diffuseur enterré est le « fruit » d’un programme de recherche visant  des solutions  techniques aux problèmes de gestion des ressources en eau dans les régions arides et semi arides tunisiennes où les ressources en eaux connaissent une surexploitation. Pour les régions arides ceci a entrainé une détérioration de la qualité de l’eau des nappes fossiles non renouvelables (salinisation), et la baisse de leurs niveaux piézométriques. Pour les régions semi arides, les ressources en eaux des nappes ont baissé suite à une baisse de la réalimentation de ces nappes par les eaux pluviales. Ceci résulte  des sècheresses  dues aux changements climatiques. Ces sécheresses  ont en outre réduit  les  volumes d’eau stockée dans les barrages.

Parmi les résultats  tangibles du diffuseur :
•  Une économie d’eau, d’énergie, de fertilisants, de produits phyto sanitaires, de la main-d’œuvre, égale au moins à 50%.  
• Une réduction du nombre d’irrigation: pour l’arborculture une seule fois par mois à une seule fois par an; pour le maraichage sous serre une fois par semaine à une fois par 15 jours. 
• Une absence  presque totale du travail du sol (binage, désherbage) après chaque irrigation; soit une réduction du nombre de journées de travail, 
• Pour le maraichage ,la productivité du diffuseur est bien plus élevée que celle du goutte à goutte: pour un meme volume d’eau le diffuseur produit 3 à 5 fois plus que le goutte à goutte.
•  Pour l’injection  et le stockage d’eau dans le sol aucune autre technologie sur le marché n’y répond. Un diffuseur a permis d’injecter et stocker 10 m3 d’eau durant 52 jours; une vrai solution pour lutter contre la secheresse de 2 ou 3 ans. 

 

Installing Diffuser for Date Palm vidéo montrant la mise en place du diffuseur pour palmier dattiers dans le sud tunisien
Installing Diffuser for citrus vidéo montrant la mise en place du diffuseur pour des agrumes dans le nord de la Tunisie
Installing Diffuser for olive Trees vidéo montrant la mise en place du diffuseur pour oliviers dans le centre de la Tunisie

Les bénéficiaires directs  de l’utilisation du diffuseur sont les agriculteurs :
 Pour les pays pauvres est ayants des problèmes de sécheresses, les agriculteurs vont pouvoir s’adapter aux changements climatiques et assurer un minimum de production (sécurité alimentaire) grâce à l’irrigation anticipée et à l’injection et le stockage de l’eau  dans le sol des plantations.
 Pour les pays riches, les agriculteurs vont produire plus avec moins d’eau. Grâce à l’irrigation anticipée et à l’injection et le stockage de l’eau  dans le sol des plantations, les agriculteurs vont pouvoir éviter les dégâts occasionné au niveau de la production. Ceci est actuellement vécu par les agriculteurs de l’ouest américains notamment la Californie.
Par ailleurs, cette technologie a été adoptée de manière exclusive pour l’irrigation des aménagements forestiers et agricoles du grand projet Desert Water qui vise reverdir le Sahara africain par dessalement de l’eau de l’océan et de la mer par l’énergie solaire.

Lors de sa phase recherche développement (20 ans) à l’IRA Médenine, les moyens humains étaient : en plus du chef de file (Dr Chahbani Bellachheb) une équipe composée de 3  chercheurs est  4 techniciens (ingénieurs et assistant d’ingénieurs) ,
Lors de la phase industrialisation et commercialisation,  le chef de file est toujours Dr Chahbani Bellachheb,  mais l’équipe de terrain est devenu plus nombreuse  intégrant des chercheurs et techniciens d’institutions de recherche (IO, CTA, IRA),ainsi que des cadre d’ONG (Association de Boughrara, Association pour la Coopération en Tunisie)  et des cadres techniques régionaux (CRDA) du ministère de l’agricultures.
Un projet de recherche développement sur le diffuseur est en cours de préparation au USA avec l’appui financier de l’USDA et un second en Arabie Saoudite avec l’université de Djeddah.

Le changement politique en Tunisie (révolution), a bloqué la  procédure d’adoption du diffuseur comme technique d’économie d’eau  subventionnée par le ministère de l’agriculture tunisien. Ceci est un grand obstacle pour la vulgarisation de cette technologie auprès des agriculteurs tunisiens, habitués aux subventions de l’Etat. Pour surmonter cet obstacle, on a du tisser des liens avec des ONG et des services de coopération pour  vulgariser le diffuseur auprès des agriculteurs tunisiens.
Parallèlement, grâce à internet (site web, linkedin, blogs,  on a pu introduire le diffuseur, Aux USA, Arabie Saoudite, Maroc, Algérie, France et bientôt dans  certains pays africains (Cameroun, Tchad, Kenya), en Inde, en Iran …

Le diffuseur enterré est une   technologie 100% pro environnementale. En effet elle :
 permet une importante économie d’énergie (de 60 à 90% par rapport au goutte à goutte). Si on utilise le solaire avec la version gravitaire du diffuseur, on utilise 0 % énergie fossile, ceci contribue à limiter l’émission des gaz à effet de serre.
 permet une forte réduction d’utilisation des herbicides, pesticides et autres produits phyto sanitaires et des fertilisants chimiques. Ceci permet une meilleure protection de la biodiversité et protection de l’environnement,
 grâce l’irrigation anticipée et l’injection de l’eau dans le sol, le diffuser permet de contribuer de lutter contre les effets environnementaux néfastes (sècheresses, désertification, inondations) résultant des changements climatiques et à la durabilité de production agricole dans les régions arides et semi arides. 

Les résultats d’expérimentation du diffuseur enterré dans les régions arides et semi arides tunisiennes sont transférables à grandes échelles, dans d’autres pays aussi bien riches que pauvres ou en voie de développement. On est prêt pour  dupliquer et transférer  le paquet technologique du diffuseur aussi bien pour la petite paysannerie des  pays pauvres ou en voie de développement (Afrique, Inde, Amérique latine)  que pour les grands agriculteurs des USA ou l'Australie.
On peut aussi aider les gouvernements et les bailleurs de fonds ainsi que les organisations internationales (PNUD, PNUE, FIDA, FAO etc.) à diffuser cette technologie dans le cadre de leurs projets de développement.

Les initiatives de divulgation et de dissémination pour le diffuseur enterré, sont :
 participation aux foires  et expositions: en 2011, Foire Agricole de Meknès(Maroc),  en 2011, exposition  sur l’eau à  Casablanca (Maroc) , en 2012, Miffel Avignon(France), en 2014, GFIA à Abou Dhabi(Emirats),  en 2012, Water Event à Dubaï (émirats),
 utilisation des outils de  l’internet : compte Linkedin , participation aux discussions  des divers groupes  Linkedin,  compte Twitter , compte Facebook, compte Viadeo, compte EspaceAgro,  compte et chaine Youtube , compte Slides share, site web chahtech, participation à des blogs sur les changements climatiques et la sècheresse,
 participation à des concours de prix et de distinctions à l’échelle internationale :  les plus recent sont : en 2012 : Prix innovatec (Salon  Miffel Avignon), en  2013:  prix  top  20 des 100 innovations pour l’Afrique(Ministère Français des affaires étrangères ), en 2011 : Prix Top 50 et Top 20 SME awards(banque Mondiale),

 

../file-system/small/pdf ../file-system/small/pdf Diffuseur-enterre-Rapport-Francais juin 2013 Présentation et illustration du diffuseur enterré.
../file-system/small/pdf ../file-system/small/pdf Rapport diffuseur et flotteur anglais aout 2104 Rapport présentant la jenèse de l'innovation et les consicrations obtenues par cette obtention technologique.