Return to Full Page
loading

Intensification of agriculture by strengthening cooperative agro-input shops

Lieu: niger, Africa
Quantitative & qualitative enhancement of crop products Quantitative & qualitative enhancement of crop products
Budget total: € 6.000.000,00 | P�riode: De mai 2008 à juin 2013

Résumé

Dans un contexte d’insécurité alimentaire et de pauvreté des sols, le gouvernement nigérien a initié en 2008 le projet « Intensification de l’Agriculture par le Renforcement des Boutiques d’Intrants Coopératives » (IARBIC). Ce projet entend améliorer les rendements agricoles par une meilleure accessibilité et disponibilité des intrants au travers d’une plus grande responsabilisation des organisations paysannes. La stratégie utilisée est basée sur le renforcement des capacités et la responsabilisation de tous les producteurs et productrices à travers leurs organisations. Le projet entend donc faire des organisations faitières les nouveaux acteurs, moteurs et directeurs, de l’ensemble des activités conduites par les projets successifs au Niger. 

Partenaires

Food and Agriculture Organization of the Unitde Nations - IARBIC - Italie

Candidat guide

Atteindre la sécurité alimentaire pour tous est au coeur des efforts de la FAO - veiller à ce que les êtres humains aient un accès régulier à une nourriture de bonne qualité qui leur permette de mener une vie saine et active. Nos trois principaux objectifs sont les suivants: contribuer à éradiquer la faim, l'insécurité alimentaire et la malnutrition; éliminer la pauvreté et favoriser le progrès social et économique pour tous; et gérer et utiliser de manière durable les ressources naturelles, y compris la terre, l’eau, l’air, le climat et les ressources génétiques, au profit des générations présentes et futures.

Union of the producers federations of Niger UFPN Gatanci - Niger

Partenaire de l'initiative

L’Union des fédérations des producteurs du Niger UFPN « GATANCI » est la confédération de 8 fédérations de producteurs du Niger, à caractère coopératif et mutualiste. La mission dévolue à l’UFPN «GATANCI» est de contribuer durablement au développement économique, social et culturel des producteurs oeuvrant dans le secteur de l’économie rurale. Elle se veut un outil d’affirmation et de promotion du statut des producteurs. Elle doit notamment oeuvrer à un accès raisonnable aux emprunts de ses membres. A cet effet, les objectifs poursuivis par l’UFPN «GATANCI» sont :  La défense des intérêts matériels et moraux de ses membres ;  Le renforcement des capacités intentionnelles et productives de ses membres ;  L’organisation et la mise en service des activités économiques, commerciales, sociales et culturelles ;  Faciliter l’accès au crédit à ses membres à travers le service d’intermédiation entre les banques/SFD et les fédérations ;  Veiller au respect des clauses contractuelles entre les fédérations et les banques/SFD ;  La facilitation du dialogue, de la réflexion en commun et le partage des expériences et des savoirs et savoir-faire paysans ;  La recherche de solutions aux difficultés des fédérations membres.  Le développement socio-économique et culturel

Ministry of Agriculture of Niger - Niger

Partenaire de l'initiative

Une approche intégrée pour garantir l’accès aux intrants agricoles de qualité et améliorer la sécurité alimentaire des petits producteurs et productrices au Niger

L’innovation principale du projet IARBIC repose sur le développement et le renforcement du réseau des boutiques d’intrants (BI) au Niger par une intervention auprès des différents acteurs du développement rural, un renforcement des organisations paysannes (OP) et un travail sur les différents maillons de la chaine d’approvisionnement des intrants. La réussite du projet est fondée sur l’ensemble des acteurs agricoles, hommes et femmes, et la conduite d’actions en partenariat à tous les niveaux. Partant des BI, l’approche intégrée a investi dans les sphères économique et commerciale (promotion des commandes groupées), financière (comptabilité des BI, le fond de garantie, le warrantage), éducative (formation par le biais des champs écoles paysans, des démonstrations et de la projection de vidéos dans les villages), médiatique (émissions radiophoniques, production d'affiches et de brochures), institutionnelle et organisationnelle (renforcement des OP et des services du ministère). 

La boutique d'intrants La boutique d’intrants de Houmawa est l’une des nombreuses boutiques d’intrants construites, équipées et renforcées par le projet IARBIC au Niger.
Les associations paysannes au coeur de l'action du projet IARBIC Les associations paysannes et leurs unions et fédérations sont au cœur de toutes les actions du projet IARBIC. L’Union Cigaba de Konkorindo se réunit au sein du village pour discuter de la disponibilité financière et de l’obtention de crédits pour l’achat d’intrants pour la prochaine saison culturale.
Cultiver ensemble - L'intensification agricole au Niger La vidéo "Cultiver ensemble - L'intensification agricole au Niger" montre en images quelques des résultats du projet IARBIC.
../file-system/small/pdf ../file-system/small/pdf Affiche sur la gestion des intrants intégrant le genre Au cours du projet différents affiches ont été produits pour visualiser certains aspects du projet. Ici la gestion des intrants est expliquée ainsi que les aspects genre liés à la gestion des intrants. A travers tout le projet et toutes les activités les aspects genre ont été analysés et adressés.
../file-system/small/pdf ../file-system/small/pdf Cultiver ensemble - IARBIC English version english version
../file-system/small/pdf ../file-system/small/pdf Cultiver ensemble - IARBIC, intensifier l'agriculture au Niger Le dépliant met en avant les résultats les plus importants du projet IARBIC au Niger.
../file-system/small/pdf ../file-system/small/pdf Fiche de bonne pratique: Les boutiques d'intrants au Niger Une fiche de bonne pratique est la documentation d'une pratique validée et répétée, en utilisant un canevas comme liste de contrôle dès le début de l'expérience (ou de plusieurs expériences). Pour le thème donné, dans ce cas les boutiques d'intrants, les différents aspects de la pratique ont été mis en évidence tel que les parties prenantes, les difficultés, les clés du succès, la durabilité, etc.

Au Niger, l’accès aux intrants agricoles de qualité constitue un maillon primordial de la filière agricole. Si la production agricole y est tributaire des aléas climatiques, elle est aussi fortement influencée par une faible fertilité des sols, qui limite la productivité, même en cas de bonne pluviométrie. L’utilisation efficiente d’engrais minéraux et de fumures organiques combinée à l’utilisation des bonnes techniques culturales concourt à mettre un terme à la dégradation des sols, à restaurer leur fertilité et à augmenter la production agricole. La non-disponibilité d’intrants de qualité au bon moment, au bon endroit et en petits conditionnements, sont les principales causes de leur faible utilisation. Sur le plan social, il est reconnu que les productrices ont moins  accès aux intrants que leurs homologues masculins et que ceci a une incidence négative sur le développement agricole et la sécurité alimentaire. Le projet a mis en évidence ces inégalités et a contribué aux avancées. 

La faible fertilité du sol au Niger Au Niger, si la production agricole est fortement tributaire des aléas climatiques, elle est aussi fortement influencée par une faible fertilité des sols, qui limite la productivité, même en cas de bonne pluviométrie.
Les champs écoles paysans pour augmenter la productivité Aux champs écoles paysans, les paysans et paysannes apprennent, de façon pratique, comment augmenter la production en utilisant des nouvelles techniques agricoles et en appliquant les engrais de façon correcte.
../file-system/small/pdf ../file-system/small/pdf La gestion des intrants et le genre Au Niger, les inégalités de genre existent en ce qui concerne l’accès aux intrants agricoles et leur utilisation. IARBIC et ses partenaires ont concentrés leurs efforts pour mettre en évidence ces inégalités, contribuant ainsi aux avancées pour davantage d’égalité. La note conceptuelle: Gestion des intrants et genre décrit le contexte de l'accès aux intrants au Niger.
../file-system/small/page ../file-system/small/page Le projet IARBIC s'avère payant pour les agricultrices Cet article sur le site web de la FAO décrit comment le projet de la FAO et le Gouvernement du Niger d'intensification de l'agriculture reconnait l'inégalité basé sur le genre dans le domaine de la gestion d'intrants et comment le projet a essayé d'adresser ce problème. LIen: http://www.fao.org/in-action/fao-government-project-to-intensify-agriculture-pays-off-for-female-farmers-in-niger/fr/

Au cours du projet, 264 boutiques d’intrants ont été créées et les organisations paysannes formées à leur gestion. Au total, 375 champs écoles paysans et 750 démonstrations ont été organisés, touchant près de 7 500 agriculteurs, dont la moitié étaient des femmes. En outre, 100 entrepôts pour le warrantage ont été construits et mis à la disposition de 100000 agriculteurs. Un fonds de garantie de 653000 euros a été établi au profit de huit fédérations représentant 164000 exploitants. L’analyse de la valeur ajoutée des BI dans l’approvisionnement en intrants des villages montre : un accroissement substantiel de la consommation d’intrants, la diversification des types d’intrants, l’amélioration de la santé animale, une influence sur les rendements des cultures, un degré élevé de satisfaction des usagers et un meilleur approvisionnement des paysans et paysannes. Les BI jouent un rôle crucial d’appui-conseil en termes de formation et d’information sur les engrais et leur application. 

Formation des organisations paysannes à la gestion des boutiques d'intrants Les organisations paysannes et leurs fédérations sont formées à la gestion des boutiques d’intrants et à celle du réseau des BI, ainsi qu’à l’organisation des commandes groupées pour fournir des intrants agricoles de bonne qualité et en bonne quantité aux petits producteurs et productrices.
Le stockage des récoltes warrantées Un des obstacles auxquels les associations paysannes sont confrontées lorsqu’elles veulent se lancer dans une opération de warrantage ou de crédit-stockage est l’absence de magasins ou elles peuvent stocker leurs produits en toute sécurité, en les protégeant contre les insectes et/ou la pourriture. Pendant la durée du projet, 100 magasins de warrantage ont été construits, et les organisations paysannes ont été renforcées dans leurs capacités liées au warrantage.
Plan d'implantation des boutiques d'intrants au Niger en 2012 De nombreuses boutiques d'intrants ont été construites dans les huit régions du pays de manière à mieux couvrir le territoire national. Les boutiques d'intrants se répartissent a créé et renforcé 264 boutiques d'intrants à travers le pays.

Les producteurs et productrices sont les principaux bénéficiaires et utilisateurs de cette approche intégrée. Ils peuvent être membre ou non-membre de l’organisation paysanne,  de l’union ou de la fédération des organisations paysannes qui gère la boutique d’intrants. Le principal besoin des producteurs et productrices est l’accès aux intrants de qualité et en quantité suffisante au moment où ils en ont besoin, et à un prix raisonnable. Lié à cela, il y a le besoin de liquidités pour acheter les intrants au moment voulu, qui a trouvé une réponse dans les activités de warrantage. De plus, les activités de sensibilisation et de formation au travers, entre autres, des champs écoles paysans, de l’alphabétisation et des outils d’information, ont appuyé les paysans en leur apprenant un usage adéquat et plus économique des engrais. 

L'alphabétisation, le début d'un grand changement Afin de renforcer les capacités des producteurs et productrices, ainsi que de leurs organisations, IARBIC a appuyé les bénéficiaires par des cours d’alphabétisation fonctionnelle. Les participants apprennent ici, à travers des exemples concrets et immédiatement utilisables, à lire, à écrire, à compter et à utiliser, par exemple, un téléphone portable.
Le gestionaire de la boutique d'intrants Les agriculteurs ont été formés dans une vaste gamme de compétences et ce, non seulement en matière agricole, mais également en comptabilité, compétence essentielle pour gérer une boutique d’intrants.
Zeinabou Oumarou améliore sa vie grâce au warrantage Wawa (bête en Haoussa) est le surnom que Zeinabou Oumarou, s’est donnée. Avant de connaître le warrantage, elle vendait entièrement sa récolte ou en nourrissait sa famille. Autour d’elle, elle voyait des femmes qui pouvaient se lancer dans d’autres activités, comme l’élevage, avec des crédits obtenus grâce au warrantage. Et elle, elle se retrouvait sans rien – « wawa ». Grace à la formation, elle s’est lancée dans le warrantage et a maintenant ses propres activités génératrices de revenus.

La gestion financière et technique de l’exécution de l’initiative a été confiée à la FAO. Les ressources humaines du projet se répartissent entre les cadres nationaux et régionaux du Niger affectés au projet, les personnes-ressources des prestataires des organisations paysannes et leurs faîtières, et enfin du personnel d'appui et des services techniques au siège de la FAO. Au Niger, à l'échelon national, l'unité de gestion du projet comprend un coordinateur de projet, cinq experts thématiques (champs école paysans; centrale d'approvisionnement en intrants et matériel agricole; boutiques d'intrants; genre et communication), un assistant administratif et trois chauffeurs. Au niveau régional, on compte deux agents de l'Etat par région, soit 16 agents, qui accompagnent l'exécution des sous-projets par les organisations paysannes, en plus de deux chauffeurs. Au total, l'équipe du Niger compte 28 agents. 

Formation des cadres du projet IARBIC sur la gestion axée sur les résultats Du 13 au 15 juin 2011, tous les cadres du projet IARBIC, ainsi que les chefs d’antennes et leurs homologues des régions, ont suivi, à Africa-hall, une formation sur la gestion axée sur les résultats. L’objectif de la formation était de renforcer les capacités des cadres du projet afin d’assurer un suivi et une évaluation rigoureux des activités du projet sur le terrain. L’approche consistait à doter les cadres des outils et de la méthode pour atteindre les résultats du projet.
../file-system/small/pdf ../file-system/small/pdf Diagramme du projet IARBIC Le diagramme du projet IARBIC donne un aperçu des relations entre les différents acteurs et partenaires impliqués dans le projet. Les paysans et paysannes et leurs structures se trouvent au coeur du projet.

La difficulté principale était liée aux faibles capacités organisationnelles des organisations paysannes et fédérations impliquées dans la mise en œuvre. La mission d’évaluation de 2011 a montré la nécessité de responsabiliser d’avantage les fédérations dans la prise de décisions, de leur attribuer une représentation plus forte au sein du comité de pilotage, de renforcer les capacités d’appui des fédérations aux OP membres et d’améliorer la gestion des activités économiques. Suite à l’évaluation, le projet a mis en place un fonds de garantie géré par la confédération «Gatanci», regroupant les 8 fédérations, principaux partenaires du projet. L’objectif de la création de la confédération était d’augmenter les quantités d’intrants achetés, mais également de permettre la conduite de nouvelles activités économiques en collaboration avec les institutions de microfinance. Le projet a également assisté les fédérations dans la gestion de ces nouvelles activités économiques. 

Assemblée Générale consitutive Gatanci Les 25 et 26 avril 2013 s'est tenue l’Assemblée Générale Constitutive de l’Union des Fédérations des Producteurs du Niger (UFPN) « GATANCI », réunissant les huit fédérations bénéficiaires, le Fonds de Garantie et la FAO.
Atelier sur la performance des BI et les capacités des OP En novembre 2012, IARBIC a organisé un atelier de travail sur la performance des BI et sur les capacités des fédérations, rassemblant les OP, les antennes régionales du projet, l’Unité de Gestion et certaines structures de l’Etat. Les objectifs étaient : de concevoir avec les parties prenantes l’étude sur la performance des BI, d’identifier une démarche de développement des capacités d’appui des fédérations, de créer des espaces de concertation et de collaboration entre fédérations et OPs.
../file-system/small/page ../file-system/small/page Des intrants plus accessibles et des OP plus responsables http://www.fao.org/in-action/iarbic/presentation-generale/historique/fr/ L'article sur la page web indiquée donne un aperçu des résultats de l'évaluation de 2011 et les réponses du projet IARBIC pour améliorer d'avantage la mise en oeuvre du projet.
../file-system/small/pdf ../file-system/small/pdf Note conceptuelle fonds de garantie Le un fonds de garantie de crédit vise à aider les organisations de producteurs à accroître leur accès au crédit pour l'achat de ces intrants et autres investissements en faveur de leurs membres. La valeur approuvée pour ce fonds et sa mise en œuvre est de 650000 EUR. Un spécialiste en financement agricole de la FAO a été invité à concevoir une stratégie détaillée afin de maximiser son potentiel pour débloquer l'accès au crédit à travers les OP.
../file-system/small/pdf ../file-system/small/pdf PowerPoint: Le fonds de garantie Ce PowerPoint explique en quoi consiste le fonds de garantie et sa modalité de mise en œuvre.

Le réseau des boutiques d’intrants assure la distribution d’intrants de qualité et renforce les connaissances des producteurs et productrices relatives à leur utilisation correcte. La promotion de l’utilisation d’engrais au poquet, qui consiste à mettre, au moment du semis, de petites quantités (doses) d’engrais minéraux dans les trous de semis d’une culture, est une méthode peu onéreuse et particulièrement bien adaptée aux cultures de mil et de sorgho. Elle permet une utilisation plus efficace de l’engrais et une augmentation des rendements agricoles de manière durable. Pour la construction des boutiques d’intrants et des magasins de warrantage, le projet a choisi des matériaux durables, afin que les coûts de maintenance soient limités pour les OP. L’usage de matériaux disponibles localement a été privilégié afin de limiter l’usage d’énergie liée au transport.  

La fertilisation localisée au semis ou microdose La fertilisation localisée au semis des cultures, ou le « microdosage », consiste à mettre, au moment du semis, de petites quantités d’engrais minéraux appropriés dans les trous de semis d’une culture. Cette technique est promue par le biais des champs de démonstration.
../file-system/small/pdf ../file-system/small/pdf Fiche d'information: La fertilisation localisée au semis des cultures Une fiche d'information donne la synthèse mettant en exergue les points saillants d'une expérience ou d'une bonne pratique. Elle contient des informations techniques. Cette fiche d'information sur la fertilisation localisée au semis des cultures ou la microdose a été développée pour promouvoir la technique d'application d'engrais.
../file-system/small/pdf ../file-system/small/pdf Fiche d'information: Pourquoi faire analyser son engrais? Les engrais sont normalement composés de mélanges d’éléments minéraux aux dosages précis. Cependant, certains engrais en vente sur les marchés s’avèrent être de mauvaise qualité, ne respectant pas les compositions indiquées sur leur emballage.Pour éviter ce type de fraude aux conséquences multiples, il est primordial de faire analyser son engrais avant de passer commande.

Le projet IARBIC a porté une attention particulière au fait que les BI soient liées à un réseau. Le bon fonctionnement des BI repose en partie sur le bon fonctionnement des systèmes d’approvisionnement, notamment les commandes groupées. IARBIC a aussi soutenu la microfinance, comme le warrantage, afin de fournir aux petits exploitants ce qui leur fait défaut: l'argent. Le crédit leur permet d'acheter des intrants pour la campagne de semis, ou de se lancer dans des activités génératrices de revenus. Les femmes sont les premières à en bénéficier leur permettant d'améliorer l'alimentation familiale ou de scolariser les enfants. IARBIC a mis en place un fonds de garantie pour les prêts demandés par les OP, leur permettant de continuer à élargir leurs activités. La pratique des BI, du warrantage et de la commande groupée peut être reproduite à une plus grande échelle, c’est d’ailleurs ce qui s’est produit ces dernières années au Niger par le biais de projets d’autres organisations. 

Financer l’avenir – Crédit inventaire des petits exploitants au Niger IARBIC soutient un programme de microcrédits appelé warrantage qui permet aux petits exploitants agricoles de gagner plus d'argent grâce à leurs récoltes. Les crédits disponibles grâce au warrantage permettent les paysans et paysannes d'investir dans la campagne culturale et produire d'avantage plus.
../file-system/small/pdf ../file-system/small/pdf Fiche de bonne pratique: La commande groupée d'intrants Le projet IARBIC a aussi appuyé les fédérations à faire des commandes groupées d’intrants. Il s’agit d’un schéma d’approvisionnement basé sur une centralisation des demandes des producteurs et productrices via leurs organisations de base, leurs unions et leurs fédérations. Ce schéma vise à amener les faîtières à négocier directement des approvisionnements avec des fournisseurs (opérateurs publics et/ou privés) et à assumer la responsabilité de la collecte des informations sur la commande, le contrôle de la qualité, la distribution des intrants, le paiement groupé, etc.
../file-system/small/pdf ../file-system/small/pdf Fiche de bonne pratique: Le warrantage au Niger Le warrantage ou le crédit stockage permet aux agriculteurs de ne pas être contraints de vendre leur récolte immédiatement, lorsque les prix sont au plus bas, mais d'en stocker une partie et de l'utiliser en guise de nantissement pour obtenir un prêt bancaire. La pratique a été promue par le projet IARBIC et repris par d'autres organisations au Niger mais aussi au Mali et au Burkina Faso.

Le projet « Capitalisation des bonnes pratiques en appui à la production agricole et à la sécurité alimentaire » a capitalisé tous les acquis du projet IARBIC en matière de bonnes pratiques de gestion des intrants agricoles. Le processus de capitalisation a permis d’améliorer les différentes pratiques au cours du projet et de disséminer des informations vérifiées et validées à ce sujet. Les boutiques d’intrants et les champs écoles paysans étaient au centre de la dissémination de l’information. Une collaboration a été mise en place avec le réseau des radios communautaires du Niger pour la diffusion d’un feuilleton radiophonique sur les bonnes pratiques en matière de gestion des intrants. En plus, les producteurs des radios ont été formés à la gestion des intrants et en lien avec le genre pour améliorer leurs propres productions. Des vidéos ont été produites et projetés. Lors de la mise en œuvre du projet une foire aux savoirs a été organisée pour partager les connaissances.

Formation des animateurs et animatrices des radios Le but de l’atelier est de former les animateurs/animatrices des radios communautaires sur la gestion des intrants et le genre. Les informations livrées aux animateurs/animatrices des radios doivent leur permettre de produire des émissions de qualités avec et pour les producteurs/productrices bénéficiaires des activités du projet. Il s’agit donc de mettre à contribution des radios de proximité pour sensibiliser, éduquer et former les producteurs/ productrices de la zone d’intervention.
La foire aux savoirs à Niamey La Foire aux savoirs qui s’est tenue en juin 2010 à Niamey a été une activité importante, à la fois pour ses méthodologies participatives et les activités menées avec ses partenaires, mais aussi pour initier des dynamiques d'échanges et de mise en réseau sur des thématiques communes aux partenaires. Les 250 participant-e-s du secteur agricole ont participés, partagés leurs connaissances et tissé des liens et de nouveaux partenariats
Comment organiser une foire aux savoirs au sahel? La foire aux savoirs est un lieu où tous et toutes ont la possibilité de partager leurs expériences, leurs connaissances ou ce qu'ils ont appris pendant la mise en œuvre de projets et d'activités. Après les foires aux savoirs de Rome, Addis Abeba et Cali, ce fut le tour de Niamey , en juin 2010, d'organiser un tel événement. La foire s'est déroulée dans le cadre du Programme de partenariat FAO - Belgique appelé « Gestion de connaissances et genre » et IARBIC y a participé.
Le warrantage équitable au Niger et au Burkina Faso Le warrantage équitable au Niger et au Burkina Faso explique étape par étape ce qu'est le warrantage équitable et quelles sont les bonnes pratiques à adopter à travers des exemples du Niger et du Burkina Faso. Le documentaire rassemble les innovations et les pratiques sur le warrantage de ces pays. Le warrantage a aussi permet aux producteurs et productrices de se lancer dans des activités génératrices de revenus. La pratique a aussi été promue au Burkina Faso.
../file-system/small/pdf ../file-system/small/pdf Episode 1: Le warrantage Le premier épisode du feuilleton parle du warrantage.
../file-system/small/pdf ../file-system/small/pdf Episode 2: La microdose d'engrais Le deuxième épisode parle de la microdose d'engrais.
../file-system/small/pdf ../file-system/small/pdf Episode 3: La boutique d'intrants Le troisième épisode parle de la boutique d'intrants.
../file-system/small/pdf ../file-system/small/pdf Episode 4: La commande groupée Le quatrième épisode parle de la commande groupée.
../file-system/small/pdf ../file-system/small/pdf Episode 5: les champs écoles paysans Le cinquième épisode parle des champs écoles paysans.
../file-system/small/pdf ../file-system/small/pdf Fiche d'introduction des feuilletons radiophoniques Une série de feuilletons radiophoniques a été conçue sur la base des fiches de bonnes pratiques du projet Capitalisation sur les acquis d’IARBIC. Le projet a opté pour le format de feuilleton radiophonique. Celui-ci permet de faire vivre les techniques et leurs bonnes pratiques à travers des personnages et des situations réelles, dans lesquelles les producteurs et productrices peuvent facilement se reconnaître.
../file-system/small/pdf ../file-system/small/pdf Les BI - les clés du succès en huit fiches Le projet Capitalisation en collaboration avec IARBIC ont conçu un ensemble de fiches mettant en exergue les points essentiels à considérer pour qu’une boutique d’intrants satisfasse au mieux les attentes et les préoccupations, tant des producteurs que des productrices. Le jeu de huit fiches est facilement utilisable. Chaque fiche développe un thème distinct. Les 8 fiches : http://www.fao.org/capacitydevelopment/km-gender/ressources/fiches/fr/
../file-system/small/pdf ../file-system/small/pdf Volume I Guide BI IARBIC a développé trois guides pédagogiques pour la mise en place et le fonctionnement des boutiques . Le premier volume a comme titre: Présentation de la boutique d'intrants agricoles
../file-system/small/pdf ../file-system/small/pdf Volume II Guide BI Le deuxième volume du guide pour les boutiques d'intrants a comme titre: Organisation et fonctionnement de la boutique d'intrants agricoles.
../file-system/small/pdf ../file-system/small/pdf Volume III Guide BI Le troisième volume des guides des boutiques d'intrants parle de la gestion de la boutique d'intrants.
../file-system/small/page ../file-system/small/page Website IARBIC IARBIC a aussi été mis en avant à travers le site web de la FAO. Une section spéciale a été développée pour tous les documents liés au projet. Comme toutes les publications sont trop nombreuses à soumettre, nous partageons ici le lien pour encore plus d'information et de produits de dissémination: http://www.fao.org/in-action/iarbic/ressources/documents/fr/?no_cache=1